Présentation d’Ifrane de l’Anti-Atlas (amazighworld.org)

Mellah_ifran_anti_atlas

Avant de commencer, nous tenons à faire une mise au point afin d’éviter toute confusion.
Il ne faut pas confondre Ifrane de l’Anti-Atlas et Ifrane du Moyen-Atlas !
Il y a en effet deux « Ifrane » au Maroc et bien qu’elles soient distantes de près de

1000 km

, beaucoup de gens confondent les deux.
C’est d’ailleurs pour cela que l’on retrouve beaucoup de sites sur Internet qui reprennent des images ou des faits historiques et racontent un peu n’importe quoi.

  • Ifrane du Moyen-Atlas est située à

    1 713 mètres

    d’altitude — latitude : 33°31′60 nord, longitude : 5°5′60 ouest.
    Elle est le chef-lieu de la province d’Ifrane et abrite l’Université Al Akhawayn. Elle a comme particularité ses constructions à l’européenne et son climat tempéré (il y neige en hiver).

  • Ifrane de l’Anti-Atlas se trouve à +/-

    700 mètres

    d’altitude — latitude : 29°21′00 nord, longitude : 9°5′00 ouest.
    Elle est à +/-

    180 km

    au sud d’Agadir et est composé d’oasis pas loin de la porte du désert : Aguelmim (Guelmim) 

Localisation :
la commune rurale d’Ifrane Anti-Atlas, Caïdat d’Ifrane A/A, cercle de Bou Izakarne, province de Guelmim (Aguelmim) et est délimitée par :

  • au nord : la commune rurale de Tighirte (province de Tiznit)

  • à l’ouest :  la commune rurale de Ait Rkha (province de Tiznit).

  • à l’est  : la commune rurale de Aday Aït Harbil.

  • au sud  :  la commune rurale de Timoulay

Population :
La population totale de la commune d’Ifrane Anti-Atlas est aujourd’hui estimée à +/- 12.000 personnes.
La population est amazigh (berbère) et le langage utilisé est le Tamazight (Tachelhite).

Cette population est répartie en 4 tribus :

  • IDAOUCHKRA

  • AMSRA

  • RRBA N’TUZZUMT (c’est à souk oufella que se trouve le mellah)

  • TANKERT

Ce village est vieux de quelques milliers d'année d'histoire.  La présence juive existe depuis plus de 2300 ans. Il y a des nécropoles et des grottes encore à explorer. A part Amsra et Agoumad, tous les villages se nichent autour de la rivière Assif n’Ifrane. Les principales activités sont le commerce et l'agriculture, surtout celle de l'olivier et des dattes.

Bien que de nombreux Aït Ifrane aient choisi l’émigration vers les grandes villes du Maroc et d’Europe (principalement des commerçants concentrés en France dans la région parisienne), ils n’en restent pas moins attachés à leur terre, y reviennent et y investissent.

Selon la tradition orale, Ifrane Anti-Atlas compterait la plus ancienne présence juive au Maroc. Les israélites ont quitté

la Palestine

au temps de Nabuchodonosor, roi de Babylone après la première destruction du Temple en 587 av.J.C. Ils traversèrent l'Egypte et la bordure septentrionale du Sahara, puis parvinrent au rivage atlantique de l'Anti-Atlas en 361 avant Jésus-Christ et s'installèrent en premier lieu dans les grottes en bordure de l’assif (rivière) Ifrane, et ce, après qu'ils aient pu obtenir l'autorisation de s'installer avec  les autochtones amazighs.
Point stratégique important pour le commerce des caravanes du Soudan, le Mellâh d’Ifrane est devenu prospère entre le 18ème  et le 19ème  siècle sous l’influence de Tassourt (Essaouira / Mogador).

Il ne reste aujourd’hui plus de Juifs à Ifrane, mais des pèlerins continuent à venir vénérer les tombes des saints enterrés au cimetière.

Sauvons le Mellah d’Ifrane Anti-Atlas : la plus ancienne présence juive du Maroc. 

Nous avons appris que le Mellah d’Ifrane Anti-Atlas, site historique attestant de la présence juive au Maroc, est actuellement en cours de destruction par un promoteur qui prétend avoir acheté le site aux représentants de la communauté juive. Il prétend également être en possession d’autorisations de

la Fondation

du Patrimoine Culturel Judéo-Marocain.
Nous avons contacté le Professeur Simon Levy de

la Fondation

du Patrimoine Culturel Judéo-Marocain qui n’était pas au courant de ce projet.
Il est en effet surprenant que cette association puisse donner une autorisation pour détruire le Mellah alors qu’elle vient de participer à la restauration de la synagogue en 1999 (voir document en annexe).

               

Monsieur Levy a contacté le Caïd d’Ifrane qui lui a promis de mettre les choses au clair, mais rien n’a été fait depuis.

Il est évident que les intérêts personnels de certains ont primé sur la sauvegarde de notre patrimoine historique.

Nous tenons à saluer le courage de Monsieur M. Abdullah Benhssi, Professeur-Chercheur et Adjoint du Centre-Sud pour le Dialogue, le Développement et

la Citoyenneté

qui a dénoncé ce scandale via des communiqués envoyés au Maroc et à l’étranger. C’est également lui qui a alerté Monsieur Simon Levy et la presse nationale.
Monsieur Benhssi a été convoqué par le Caïd d’Ifrane et a fait l’objet de menaces et d’intimidations.

Nous faisons appel à vous pour que vous fassiez pression auprès des autorités compétentes afin que cesse immédiatement cette destruction et qu’un comité composé de professeurs d'Histoire et des représentants légaux de la communauté juive du Maroc vienne inspecter les dommages causés au site archéologique et ainsi diriger l'élaboration d'un rapport détaillé sur le sujet.

                       Mellah_ifran_anti_atlas2               

Un bulldozer en train de démolir l’ancien Mellah d’Ifrane Anti-Atlas

              Mellah_ifran_anti_atlas3

Pierres tombales détruites suite aux travaux

                          Mellah_ifran_anti_atlas4

Une partie d’un mur du Mellah d’Ifrane Anti-Atlas démoli par les bulldozers

.

Un article www.amazighworld.org